Personnalités

CLAUDE GRUNITZKY, fondateur de TRACE TV, écrivain, journaliste

Pourquoi m’amputer
d’une partie de moi-même ?

Dans le livre collectif « Transculturalismes » qu’il a dirigé, Claude Grunitzky se présente de la façon suivante : « Qui que l’on soit, quelle que puisse être la complexité de nos origines, de notre parcours, il faut bien se présenter. Décliner une identité. Alors disons, pour commencer, que je suis un homme noir, né en 1971 dans un Togo en pleine crise post-coloniale. Je porte le nom de mon arrière-grand-père polonais. Mon arrière-grand-père était blanc, mais moi, je suis noir. Je suis noir et togolais, mais je circule avec un passeport français. Un Français qui s’affuble d’un nom polonais, ce n’est pas rare. Quand il s’agit d’un Français noir, ça se rencontre moins souvent. » Claude Grunitzky défend l’idée d’une identité mouvante. Selon lui, il faudrait « échapper joyeusement aux barrières de l’identité fixe. C’est être à la fois soi-même et un autre ».  Et affirmer tout ce que l’on est sans renoncement.  « Serais-je plus authentique si je m’amputais d’une partie de moi-même ? », demande-t-il malicieusement.

DANIEL PICOULY, écrivain. (Nouvelos.com, 04/02/2011)

AVT2_Picouly_3667.jpeg (249×300)

Le mariage mixte de mon grand-père devait être
le premier du genre en France

« Je suis quarteron et dans ma famille, c’est moi qui avais le teint le plus foncé. Mais on me prenait plutôt pour un maghrébin : à l’école, je me rappelle qu’on m’a traité de bicot. Ma mère vient du Morvan, mon père de Tarbes…et il est métis. Le mariage mixte de mon grand père et de ma grand-mère au début du siècle devait être l’un des tout premiers du genre ! Je suis bien sûr issu de ces deux cultures, les Antilles et le Morvan, mais on me ramène toujours vers la première, car elle est minoritaire. Dans les livres d’histoires, il n’y avait rien sur les grandes figures colorées, comme le chevalier Saint Georges ou le député Toussaint Louverture. Rien non plus sur le fait qu’Alexandre Dumas était métis. Dans mes écrits, j’ai voulu compenser et les faire découvrir. »

LENNY KRAVITZ (Métro.fr, 05/09/2011)

Les parents de mon père n’ont pas adressé la parole à ma mère
Jusqu’à ma naissance. 

Lenny Kravitz : “Ce disque, c’est mon histoire”

« J’AI GRANDI dans le New York des années 70, j’étais un petit garçon métis, issu d’un couple interracial qui s’était rencontré à l’époque du mouvement pour les droits civiques. (…) Mes parents s’aimaient envers et contre tout et ils ont connu des moments difficiles. La famille de mon père n’est pas venue à leur mariage par exemple. On ne lui a pas adressé la parole jusqu’à ma naissance ! Et puis avec le temps, mes grands-parents paternels ont appris. Très vite. Et ils ont fini par aimer ma mère d’une manière qu’aucun mot ne peut exprimer. »

TAI-LUC dénonce l’instrumentalisation du métissage (02/03/2008, ongasie.com)

tl_solo

Le métissage c’est une connerie si c’est un programme politique (…)
C’est une affaire sentimentale

« JE NE REVENDIQUE PAS le statut d’eurasien parce que, chaque fois que je peux, je dis que le métissage c’est une connerie si c’est un programme politique. Il y a des gens qui vont te dire que le métissage c’est bien, et à cela je dirai non ! Le métissage c’est une affaire sentimentale. C’est des initiatives d’êtres humains avant tout. Ce ne sont pas des partis politiques qui doivent te dire ce que tu dois faire. La générosité ne peut pas se planifier. » Lire la suite sur ongasie

KARINE LEMARCHAND (Nouvelobs, 04/02/2011, et autobiographie)

Karine Le Marchand

NO :  » JE SUIS MÉTISSE, mon père est du Burundi, ma mère est blonde aux yeux bleus. C’est elle qui m’a élevé. Je me rappelle très bien de ce jour où un inconnu l’avait félicité d’avoir le courage d’adopter une petite noire ! Une autre fois, c’était au square, nous sommes toutes deux parties en larmes. Un petit garçon m’avait traité de sale négresse, tout s’était terminé en pugilat entre ma mère et la mère du garçon…C’était encore plus dur pour elle, qui était blanche, de me voir confrontée au racisme. Je n’ai jamais connu mon père. Mon seul lien avec le Burundi, ce sont donc quelques photos que m’avait montré ma mère. Qui m’a également appris à compter jusqu’à 10 en swahili. C’est pourquoi je suis toujours un peu déconcertée quand on me demande  mon origine, ou qu’on me parle de l’Afrique, alors que moi, je me vois d’abord comme originaire de Nancy. »

AUTOBIOGRAPHIE : « Mon père a brillé par son absence. Je devrais d’ailleurs le nommer « géniteur », car je n’ai aucun souvenir de lui avant mes trente et un ans. A ma naissance, il n’est pas venu me voir à la maternité avant cinq jours… Ça commençait fort. Sans doute était-il plus sensible à l’atmosphère des cafés qu’il fréquentait assidûment avec ses maîtresses. Sa première réflexion fut de mettre en doute sa paternité, car il me trouvait trop blanche à son goût ».

A trente et un ans, j’ai eu l’opportunité de tourner une émission au Burundi, le pays de mon père, et j’ai cherché à le retrouver. […] Pendant deux heures, j’ai interviewé cet homme nonchalant et charismatique, cherchant les raisons de son abandon. […] Quand je suis repartie en France, mon salaire a servi à payer la note de bar qu’il avait eu la gentillesse de mettre sur le compte de ma chambre d’hôtel. Pendant des mois, il a quémandé de l’argent, allant jusqu’à envoyer des fax à la rédaction de TV5 (la honte, quand j’y pense), en suppliant  » sa fille  » de ne pas le laisser sans ressources.

Au moment de régler son enterrement, j’ai demandé la preuve de son décès, soupçonnant une nouvelle malversation. […] Dans chaque chapitre de ce livre, j’ai décidé de remercier quelqu’un. Exceptionnellement dans ce chapitre, il n’y aura pas de merci. »

Une réflexion au sujet de « Personnalités »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s