Cliché #1 : le métissage va éliminer le racisme


LES MERVEILLES INOUIES DU MÉTISSAGE ! Dans la lignée d’un célèbre chanteur franco-camerounais, de nombreux bambins innocents fredonnent  : « Je suis métis, un mélange de couleurs.(…) Deux cultures, deux passés qui se rassemblent et ne font qu’un ». Inutile d’aller très loin dans les paroles, chacun aura compris le raisonnement : les hommes et les femmes de différentes races se mélangent, tous les enfants sont métis. Plus de racisme, plus de guerre. Et dans l’euphorie antiraciste bon enfant, chacun claque des mains. Tout le monde il est content, tout le monde il est beau, tout le monde il est en paix. L’ensemble de ces bonnes intentions en 3 minutes :

Et dans la réalité,
ça se passe comment ? 

Pour découvrir une terre qui a expérimenté cela, autant prendre la direction du Brésil. Ce pays de 200 millions d’habitants compte 45 % de métis et 7 % de Noirs. Au dos des cartes postales, la réalité n’est pas très glamour. A la lecture de l’excellent papier de Carla Cadeira, le constat paraît plutôt sombre. Ainsi, selon la Folha de São Paulo et l’Institut de Sondages Datafolha, et publié dans l’ouvrage Racismo Cordial ([Un racisme cordial] – Cleusa Turra, Editora Ática.),  87% des personnes interrogées laissent percer une forme ou une autre de préjugé par leur adhésion à des déclarations tendancieuses ou reconnaissent avoir déjà eu par le passé une forme ou une autre de comportement raciste.

L’autre donnée, simple et difficilement contestable, repose sur l’organisation de la société brésilienne en fonction de la couleur de peau. Ainsi, loin d’effacer la barrière raciale, le métissage a renforcé la notion de race. Au pays de Lula, le mot Métis compte une douzaine de déclinaisons courantes et plus d’une centaines d’acceptations suivant les cas, comme l’explique Dominique Audibert. (Pour une étude plus fouillée, regarder ici). Difficile d’y voir un quelconque progrès dans la lutte contre le racisme après plus d’une centaine d’années de métissage.

Plus profondément, l’ensemble de la société semble hiérarchisé autour des différentes nuances de couleur. L’enquête du DIEESE en 2000 soulignait que 70% des pauvres sont de couleur noire ou métisse. On est bien loin des illusions d’un célèbre chanteur franco-camerounais.

Une réflexion au sujet de « Cliché #1 : le métissage va éliminer le racisme »

  1. Ping : Cliché #3 : la diversité raciale favorise la tolérance « projetmetis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s