Olga l’Ukrainienne recueille les enfants métis abandonnés


Le destin d’Olga et de ses seize enfants métis  en lice à  Sundance

DANS UN PAYS OÙ LA POPULATION EST PRESQUE TOTALEMENT BLANCHE et où le racisme est monnaie courante, Olga l’Ukrainienne a recueilli seize enfants métis et créé une famille unique en son genre, objet d’un documentaire canadien présenté au festival de Sundance.Signé Julia Ivanova, une cinéaste russe installée au Canada, « Family portrait in black and white » (Portrait de famille en noir et blanc), concourt pour le Grand Prix du documentaire étranger au prestigieux festival de cinéma indépendant, qui se déroule jusqu’à dimanche à Park City (Utah, ouest). A Sumy, une ville de près de 300.000 habitants du nord-est de l’Ukraine, non loin de la frontière russe, la famille d’Olga Nenya ne passe pas inaperçue.

Olga a recueilli et élevé 16 enfants métis abandonnés
de peur de subir l’opprobre 

Cette retraitée d’une entreprise de produits chimiques a en effet recueilli et élevé seize enfants métis, fruits des unions d’Ukrainiennes et d’étudiants africains, abandonnés par leurs mères de peur de subir l’opprobre d’un pays qui « stigmatise les unions mixtes et leurs enfants », déclare Julia Ivanova à l’AFP.

« Olga est une personne totalement étrangère au racisme. Et c’est une battante, à sa façon, à son petit niveau », ajoute-t-elle. Le documentaire décrit l’organisation quasi-militaire de la famille et de la maison, offerte par une oeuvre de charité britannique, dans lesquelles, de l’aveu même d’Olga « il n’y a pas de place pour la démocratie ».

« Olga a un charisme incroyable. Quand elle est dans la pièce, on sent sa force et on ne peut qu’aller dans sa direction », assure Mme Ivanova. « C’est sa présence qui fait que tout marche. Cela signifie aussi qu’elle ne peut jamais quitter la maison car sinon, tout s’écroule », dit-elle.

Le documentaire suit le parcours de quelques-uns des enfants d’Olga, qui mériteraient chacun un film, que ce soit Sashka, le « petit dur », leader naturel des bandes d’enfants de son âge, Kiril, l’intello de la famille surnommé « Mr. President », ou Roman, qui rêve de faire une carrière de footballeur.

8 réflexions au sujet de « Olga l’Ukrainienne recueille les enfants métis abandonnés »

  1. Bonjour, Privet…
    Je me présente Olga..
    Métisse Bénino- Ukrainienne, vivant depuis peu au Canada… parlant 6 langues..
    Je vous laisse imaginer à quel point cette article me touche personnellement…
    Je tiens à confirmer que c’est une triste réalité en Ukraine, pays que j’aime énormément malgré tout!
    Je souhaite féliciter et remercier cette grande Femme Olga qui a eu le courage et le coeur d’élever tous ces enfants, leur permettant d’avoir les mêmes droits que leurs compatriotes !
    J’ai eu la chance d’être ce qui est commun de nos jours d’appeler une métisse réussie, qui n’a pas connu de déracinement, dont le père à aimer et assumer ses responsabilités jusqu’au bout et enfant tant attendue et fierté de sa mère qui s’est vu retiré son diplôme rouge d’excellence parce qu’elle se mariait a un «nègre»! et qui chaque été se fait dévisager en Ukraine en tenant la main de sa fille métisse qui lui ressemble tant pourtant.. mis a part sa couleur de peau…

    J’espère de tout coeur et je reste confiante que les choses vont changé à notre égard… et je me charge de me battre à cet effet !

    Merci. Spaciba

    • Merci beaucoup Olga de ton témoignage très touchant. J’ai également ressenti des frissons quand j’ai pu entendre l’histoire d’Olga et de ses 16 métis.

      Comme tu le dis toi-même, le métissage est loin d’être facile. Ta mère en a payé le prix, comme tu l’expliques. Mais heureusement ton père est resté dans la famille, ce qui change tout et permet au métissage d’être vraiment réussi puisque les deux cultures sont présentes à la maison. Avec les nombreux métis dont j’ai parlé (et je m’inclus dans le lot), le plus dur a été de composer avec deux cultures en l’absence d’un des deux parents.

      L’année prochaine, nous allons réaliser un livre de 100 témoignages de métis (50 personnalités connues et 50 personnalités moins connues mais tout aussi intéressantes). Si cela te dit, je réaliserai avec grand plaisir.

      Porte toi bien,

      Hervé

      P.S : je connais un peu l’Ukraine, car ma copine polonaise est d’une ville qui jouxte l’Ukraine. Et comme je parle polonais,
      j’arrive à comprendre l’ukrainien, qui est étonnamment proche.

      P.P.S : On a consacré d’autres articles aux métis ukraino-africains : celui sur Lèna Sène (métisse sénégalo-ukrainienne) passée par la Maison Blanche et également un article à venir sur la métisse qui va représenter l’Ukraine à l’Eurovision.

      • Ultime précision. Tu es la bienvenue si tu souhaites proposer des articles ou des liens. Le Projetmetis une plateforme ouverte à tous les métis – et aux autres bien entendu.

        Par ailleurs, je te proposais une interview par mail pour ce futur bouquin. Je précise car, à la relecture, ce n’était pas très clair.

      • Salut Herve,je suis metise.Ma mere est russe.Je m’interesse a votre livre avec 100 temoignages de metis.Voci mon e-mail odenplan@mail.ru
        Je vis en Suede depuis 6 ans.J’ai 45 ans.
        J’attends votre reponse.
        Caroline

      • Bonjour Caroline,
        Si vous êtes partante, c’est une très bonne nouvelle. On n’a pas encore bouclé les 100 témoignages. Je vous écris un mail sur votre boite perso.
        A bientôt,
        Hervé

  2. Bonjour, je suis métisse de père africain et de mère arménienne, je suis né et grandi en Russie, j’aimerais bien participer à votre œuvre en vous apportant mon témoignage. Voila mon adresse Skype: blackpride01 . Merci et surtout bon courage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s